Conseil Municipal de Château-ThierrySi ce blog, que vous êtes nombreux à consulter, n'a pas pour objectif principal de commenter toutes les décisions et inepties municipales, il semble important face à la déconvenue des commerçants, des usagers du centre-ville, de dénoncer certains choix et certaines pratiques mettant en lumière l'utilisation de l'argent public au détriment entre autres d'un acteur économique et social important que représente le commerce de centre-ville et de la menace qui pèse sur lui. Puis, il est tout aussi important pour chaque citoyen d'être informé à défaut d'être acteur.

Dans le prolongement des quatre billets précédents, le blog vous propose un tour d'horizon du conseil municipal qui s'est déroulé le 1er septembre.

"Je gagne toujours", c'est dans un climat offensif que le maire a prononcé ces mots lors de ce Conseil qui avait pour ordre du jour principal :

- le rapport de la Cour Régionale des Comptes et la demande gracieuse des débets dont ont été condamnés les deux Agents Comptables du Trésor

 

JK

L"expression "je gagne toujours" étaient clairement adressées à celles ou ceux qui auraient dévoilé le compte rendu de la Cour Régionale des Comptes avant le Conseil Municipal, en les menaçant clairement de déposer plainte et d'obtenir la certitude de la faveur d'un jugement en pointant notamment les blogueurs dont a priori l'objectivité narrative dérange le maire.

Le débat au Conseil Municipal de ce 1er septembre a été mené tambours battants par le maire quasi seul orateur de la séance, magnant avec habileté, une stratégie de diversion et une dose à peine discrète d'enfumage dont il maîtrise parfaitement les subtilités afin d'éluder les détails fâcheux du contenu des documents versés à l'ordre du jour. À aucun moment, il n'a fait lecture des documents se contentant d'en faire une synthèse favorable.

 Pour brouiller l'assemblée et ses opposants novices, il a tenu à rappeler longuement et comme de coutume la gestion de l'ancien maire par une rétrospective primaire pour la comparer à celle de son premier mandat, obnubilé par sa prétendue performance de désendettement rendu possible par la perte d'une partie du patrimoine municipal. (plus de 3 Millions d'€)

impots locaux

S'il dit avoir désendetté la ville et avoir élevé le niveau d'investissement il oublie que le poids de la dette de la ville de Château-Thierry reste à un niveau élevé comparé aux autres communes de même strate. Encore qu'il ne faille confondre "investissements" et "embellissements" et pertinence des investissements qui jusque-là n'ont pas prouvé leurs retombés économiques.

Par exemple, aucun des investissements réalisés n'ont fait que la situation du commerce s'améliore, que des emplois soient créés, que des entreprises s'installent, que le delta entre les nouveaux habitants et ceux qui "s'enfuient" soit positif malgré les nouvelles constructions. Il ne s'est SURTOUT pas aventuré à présenter le bilan d'un investissement oh combien désastreux qu'est celui des fameux " AIGLES de Château-Thierry" (1 Million d'€...). Il omet de dire, que 54.40% des foyers de la commune en... 2010...n'étaient pas imposables contre à comparaison 46.90% sur le territoire national, compliquant l'avenir de la ville en matière de recettes. Soulignons aussi les faits non rapportés et non des moindres dans son exposé et figurant dans le rapport, que les comptes de l'année 2010 altèrent la sincérité du résultat par l'absence de rattachement de charges ainsi qu'une surévaluation des résultats des comptes des années 2009 et 2010 !  A noter également quelques surestimations budgétaires venant également altérer la sincérité de la présentation des budgets de la collectivité. Seul un changement de logiciel comptable en 2010 est venu perturber la bonne lecture des comptes....dont l'inventaire physique de la commune... ! Bien que le soleil pouvant être à l'ombre, globalement, les charges de fonctionnement semblent être maîtrisées selon le rapport.

 Dans l'emballement de son exposé, il n'a pas hésité à remettre le couvert des impôts locaux non augmentés durant son premier mandat comme si l'équipe précédente n'avait pas introduit cette initiative.  Si le taux de base de la commune n'a certes pas augmenté, l'assiette servant de calcul a quant à elle bien évolué. Les Castels ont donc bien payé plus d'impôts passant de 446€ par habitant à 523€ en 2012  soit près de 18% d'augmentation soit une évolution supérieure à la moyenne nationale.

marché public3

Quant à l'absence de mécanismes de contrôles internes des procédures adaptées des marchés publics (travaux...) tels que définis par la Chambre Régionale de la Cour des Comptes....PAS UN MOT !

Pas plus pour relater un probable malaise du personnel employé par la collectivité qui a vu  son taux d'absence bondir de plus de 25% en 2 ans.

travail dissimulé

Reste une grosse ombre dans l'énoncé très édulcorée du rapport de la Cour Régionale des Comptes par le député-maire devant le Conseil : celle qui occupe une grande partie du rapport : le régime indemnitaire faisant déjà l'objet d'un jugement, et l'organisation du service communication en prestation de services épinglée par l'URSSAF et qualifiée de TRAVAIL DISSUMULE. Par une petite pirouette en passant, il aura glissé des compliments à l'endroit du chargé de communication pour le travail exécuté et de souligner par la prise de parole d'un adjoint que le prix payé correspondait à ce qu'il fallait attendre pour une communication municipale de qualité. (171 014€ sur 2 ans dont il faut rajouter certaines mises à disposition). Les Castels, commerçants confondus, apprécieront l'usage de leurs contributions. Le blog sera amené à revenir en plusieurs points sur cette affaire.

Quant au JUGEMENT à proprement parlé rendu par la Cour Régionale des Comptes sur le régime indemnitaires de trois collaborateurs, le maire et comme prévue à balayer d'un revers sa responsabilité par une intervention courte et sans opposition expliquant que la commune ne serait pas impactée financièrement par les sommes indûment perçues par les agents bénéficiaires de salaires et d'heures supplémentaires non justifiées mais qu'il fallait en tout bien tout honneur voter une motion afin de demander l'exonération des remboursements que devront effectuer les Agents Comptables du Trésor condamnés à payer les erreurs des sommes versées aux  PROCHES collaborateurs du maire. Motion votée.

opposition

Bien évidemment, le maire face à une opposition nouvellement élue et manifestement pas au fait a pu esquisser les quelques rares et maladroites questions sur les sujets de l'ordre du jour. Fort de son expérience, il a su adopter les postures nécessaires pour impressionner son auditoire.

Serait-ce aussi vrai que les audacieux, les sans gêne, les prétentieux, ceux qui parlent fort gagnent toujours et tout le temps ?  À grande échelle, les vilains coulent des pays, des entreprises et des gens, ce avec notre accord, notre argent et la bénédiction du sentiment démocratique.

LE RENARD ET LE BUSTE

Le rappel de la fable de Jean de la Fontaine " le renard et le buste" serait bien approprié pour résumé ce billet :

Les Grands, pour la plupart, sont masques de théâtre ;
Leur apparence impose au vulgaire idolâtre.
L'âne n'en sait juger que par ce qu'il en voit :
Le Renard, au contraire, à fond les examine,
Les tourne de tout sens ; et, quand il s'aperçoit
Que leur fait n'est que bonne mine,
Il leur applique un mot qu'un Buste de héros
Lui fit dire fort à propos.
C'était un Buste creux, et plus grand que nature.
Le Renard, en louant l'effort de la sculpture :
« Belle tête, dit-il, mais de cervelle point. »

Combien de grands Seigneurs sont Bustes en ce point !

Chacun, se fera son opinion mais les faits sont imprescriptibles !