2015 1Il y va de la bienséance, de la tradition, et même du cœur que de souhaiter à ceux que l'on aime, à ceux que l'on apprécie, à ceux que l'on connaît et pourquoi pas à ceux que l'on apprécie moins des vœux de réussite pour une nouvelle année qui s'annonce. Mais il y a ceux, inconnus, pour lesquels nous devrions porter notre attention et leur souhaiter ardemment que leur situation s'améliore.Ce sont ceux qui en silence souffrent ici comme ailleurs dans le monde, victimes de maladies, d'injustices, de guerres, de catastrophes, de discrimination, de chômage, de précarité, de pauvreté. Malheureusement, l'année 2014 s'achève sur de mauvaises notes pour une grande partie d'entre nous, année qu'il aurait fallu d'ailleurs supprimer du calendrier. 2014 laissera des traces comme étant une année d'interrogations sur notre démocratie, sur notre mode économique et sur nos dirigeants. Le monde bouge, mais ne prend pas la voie de l'apaisement et les tensions sont palpables devant le phénomène de l'inversion des polarités. 

S'apitoyer n'est certes pas constructif, mais à l'évidence la réalité du quotidien que l'on nous impose nous rattrape. Alors que nous devrions être acteurs de notre destin, nous le confions à des "représentants" qui continuellement nous trahissent.

A été, selon différentes sources, l'année du record des défaillances d'entreprises avec plus de 63 400 entreprises au tapis soit + 1% par rapport à 2013. Toutes les catégories d'entreprises sont concernées : TPE, PME, Grandes Entreprises. C'est un vrai jeu de massacre et ce n'est pas avec 0.8% de croissance attendue en 2015 que le phénomène pourra s'enrailler. Celles qui trinquent d'avantage sont les TPE avec quelque 47 000 défaillances dont environ 27 000 concernent le commerce. Certaines régions sont plus touchées que d'autres par le phénomène mais la Picardie amortie cette année sa sinistrose enregistrée depuis 2009, période durant laquelle, elle est à tout même perdue quelque 12% de son parc d'entreprises.

2014, c'est aussi l'impressionnante augmentation du nombre de personnes privées d'emploi de...Catégorie A qui fin novembre s'élevaient à quelques 189 700 soit 17 245 personnes ayant perdues leur emploi chaque mois. soit l'équivalent de 11 villes moyenne de France sans emploi. Les prévisions pour 2015 ne sont pas optimistes pour l'emploi : 250 000 chômeurs supplémentaires grossiront le rang des personnes sans activité.

2014, c'est également la démonstration par les Français de leur capacité à épargner d'avantage (taux d'épargne 2014 = 15.1%, 15.6% prévu en 2015) au détriment bien compris de la consommation (+0.1% en 2014) ce qui bien évidemment ne profite pas à l'économie du pays.

2014 c'est aussi l'année du record de la dette publique Française évaluée à fin juin 2014 à 2 023 700 000 00€ ( dettes de l'Etat, dettes de la sécurité sociale + dettes des collectivités territoriales). La dette de la France augmente de 4 640€ chaque seconde. Pour 2015, le poids de la dette atteindra 98% du Produit Intérieur Brut ou somme des richesses créées (PIB).

Alors quoi de bon pour 2015 ? : la croissance du nombre de Start-UP, la baisse amorcée de l'euro, les taux d'intérêts toujours aussi bas, le prix des carburants encore plus bas,feront entre autres probabilitéle le maintien d'une pseudo-croissance pour ne pas dire artificielle ? et puis et puis....l'espoir de bonnes surprises et puis n'oublions pas que désormais nous pouvons  pour celles et ceux qui en auront les moyens :"Champagner" !

Mais le mieux qui pourrait nous arriver serait une situation à la Belge, sans gouvernement, sans politiciens avides de pouvoir et peu scrupuleux du bien-être de leurs concitoyens et .....beaucoup de solidarité entre chacun nous et pour tous les commerçants, artisans, petits entrepreneurs, la consolidation et la pérennité de leurs affaires.

Pour rire...

Pour rire...

 

 

 

 

Petite