" />
24 avril 2015

Le complot contre la langue française

Résultat de recherche d'images pour L'éviction pour le moins cavalière de Christian Mahieux de ses fonctions de 1er vice-présidence de la Communauté de Communes devrait connaître des prolongements que n'ont pas prévu ses instigateurs.
Quelques conseillers communautaires ont récemment décidé d'en débattre par messageries électroniques et ainsi de poser les questions que le forcing opéré en séance par la Présidente n'a pas permis d'éclairer. Cette dernière leur a d'ailleurs adressé, après coup,  une laborieuse lettre d'explication de justification…dont beaucoup estiment qu'elle aurait dû leur être fournie… avec l'ordre du jour, dans la convocation. On attend d'ailleurs la décision du Sous Préfet qui ne peut faire autrement que de constater que la loi a été violée.

Mais le plus cocasse de cette liste de discussion reste le message que le nouveau conseiller départemental et 1er adjoint de la ville, Bruno Beauvois fraîchement élu, a posté pour défendre l'élimination du maire de Nogentel.
Nous vous offrons de vous en régaler par la lecture d'une version dont les fautes d'orthographe ont été corrigées parRésultat de recherche d'images pour Marcel Rousseau, ancien conseiller municipal de Château-Thierry ( 5 mandats au compteur..!). Vous pourrez ainsi apprécier la force et la pertinence des arguments de ceux qui ont décidé de punir M. Mahieux d'avoir peut-être imaginé être candidat contre eux aux départementales….(lien en bas de page)

Humblement, le blog n'est pas épargné de fautes liées à la complexité de la langue française...toute proportion gardée.

Pas de temps pour les diatribes, monsieur l'élu !Votre temps doit être consacré :

- à la réhabilitation de l'habitat, à la récupération des logements vétustes du centre-ville

- à l'appui des démarches de promotion du commerce 

- à l'action en matière de stationnement et de mobilité du centre-ville  

- à l'amélioration de l'espace public

- au soutien économique des commerçants acteurs...du vivre ensemble(sic)

 

Résultat de recherche d'images pour

le mail du conseiller départemental : (cliquez)  les_fautes_de_monsieur_Beauvois

 

 


15 avril 2015

Ami d'hier, ennemi d'aujourd'hui

mayeuxAccusé par le député-maire Jacques Krabal, d'être parmi ceux qui ont organisés "le putsch" selon ses propres termes inappropriés pour tenter de le déstabiliser, Christian Mayeux, Maire de Nogentel, Vice-Président de la commune de Château-Thierry, vient d'être remercié par madame Fuselier présidente de la communauté de communes. (putsch = coup d'état militaire)

Pourtant, il y a encore peu de temps, rien ne présagait une telle issue à en croire la photo, où, ensemble, Jacques Krabal de rose vêtu, inaugurait en compagnie de Christian Mayeux le 21 juin 2014, les nouveaux vestaires du stade de rugby castel situé sur sa commune (422 000€). On observera également la présence de madame Fuselier.

Nul n'en doute, l'éviction de M. Christian Mahieux, maire de Nogentel de son poste de Vice-Président de la CCRCT mise en scène par sa présidente, madame Fuselier lors du conseil communautaire du 9 avril dernier, constitue bien un nouvel épisode de la stratégie de diversion engagée par le député-maire de ChateauThierry pour tenter d'éviter d'avoir à répondre des faits très précis relatés par la désormais fameuse lettre du "Corbeau". De conférences de presse en réunions publiques, avec beaucoup de "hargne" comme le note le journal l'Union du 10 avril, il s'acharne à expliquer qu'il est victime d'une tentative de putsch et d'un complot d'un quarteron de proches collaborateurs politiques et d'élus. Parmi ces derniers il a jeté à en pâture le nom  Christian Mahieux, qui pourtant n'a jamais ménagé son amitié et son soutien pendant près de 20 ans. L'enquête judiciaire devrait permettre de faire la lumière sur toute cette affaire.

Résultat de recherche d'images pour En attendant, on doit relever que la Présidente de la CCRCT, en se précipitant pour prêter la main aux manœuvres de son mentor,(Jacques Krabal) s'est prise les pieds dans le tapis. La délibération qu'elle a fait voter à son conseil communautaire le 9 avril est nulle de plein droit. Elle n'a en effet pas respecté la loi qui lui impose de communiquer aux délégués l'intégralité des sujets qu'elle entend leur soumettre. La convocation à cette fameuse réunion ne porte pas la mention de l'éviction de M. Mahieux. Il revient désormais au sous préfet de demander la régularisation de cette illégalité ou de saisir le tribunal administratif pour faire annuler une délibération particulièrement grave pour la cohésion du territoire et qui, de plus, porte atteinte à l'honneur d'un homme condamné en son absence
Ce qui n'est pas très élégant ni......très républicain. Bien évidemment, on peut supposer que des consignes de vote ont été données.

Voilà donc encore bien du temps perdu dans des réglements de comptes politiques dont les citoyens et commerçants se passeraient bien.

 

13 avril 2015

Le JAQUISME au secours de KRABAL

anniversaire jacques

Jacques a consacré beaucoup de son temps et de son énergie ces dernières semaines non pas à trouver les moyens de redresser la situation du commerce de sa ville mais à voler au secours de Krabal en multipliant les réunions pour tenter d'expliquer à coeur ouvert à un auditoir choisi qu'il est la cible de personnes malintentionnées sans compter le fameux corbeau dont tout le monde parle. Conférence de presse, réunion avec les chefs des services de la mairie, réunion publique se suivent. Jacques, profondément affecté, triste,blessé,   exprimait à ceux qui veulent l'entendre les raisons qui l'ont conduit à se séparer d'un certain nombre de ses collaborateurs (chef de cabinet, attachée parlementaire, secrétaire de mairie...) assurant au détour, ses profondes convictions,ses valeurs morales, son sens de l'éthique et même de transparence. En se disant profondément affecté, Jacques n'a pas oublié sa famille, ses proches collaborateurs salis et attaqués dans le lynchage dont il est victime et selon lui savamment orchestré par des cerveaux retord et malsains.

En versant une larmichette, lors de la réunion publique du 10 avril, jour de son anniversaire (67 ans), Jacques à offert un spectacle émouvant dont même Krabal n'en revenait pas et dont le premier acte était destiné à balayer la presse en particulier, sur les insinuations malveillantes à propos de Miss Aisne.C'est ainsi que l'on a découvert le JACQUISME, forme de complainte destinée à émouvoir cachant une hargne sans merci. Mais KRABAL à vite repris la main sur Jacques en affirmant qu'il ne lâcherait rien, offrant un show d'une heure digne de ces politiques qui parlent pour ne rien dire évitant surtout de traiter ce dont le corbeau l'accuse.

Mais pourquoi s'acharne-t-on à ce point contre le député-maire ? Il doit bien y avoir une raison. Ses explications qui poussent à nous faire croire qu'il s'agit simplement de personnes voulant régler des comptes personnels ou des personnes jalousessont légères.

promo hot

En tout cas, dans tout ce tumulte malsain, il y en a, à qui la situation profiterait. Bertrand Varin, l'ex-auto entrepreneur chargé de la communication payé à prix d'or et dont les services ont été mis en cause par la chambre régionale des comptes avec à la clé un redressement mirifique de 54 000€, à la charge du contribuable, serait bientôt nommé directeur de cabinet de Krabal en remplacement de monsieur Michael Gomez, licencié. Belle promotion n'est-ce pas ?  No comment !

 

 

LES AFFAIRES CONTINUENT...!

 

Résultat de recherche d'images pour La presse locale s'est largement emparée dans leurs colonnes, de l'affaire, qui oppose le blog au député-maire Jacques Krabal.

Jacques Krabal a cru bon de déposer une plainte pour injures et diffamations suite à un billet paru dans le blog le 17 février 2014, sous le titre "Faux Cul ?".

D'après sa plainte enregistrée au commissariat de police de Château-Thierry, Jacques Krabal reproche au blog  l'utilisation des termes suivants considérés comme injures  :

" faux cul ou pas ?"

" vraiment faux cul dans la posture de l'imposteur"

" notre cher député autocrate"

Il réprouve également l'utilisation des phrases suivantes estimées comme diffamantes :

" le temps à consacrer à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigrame"

" il a fait un choix de carrière qui ne profite aucunement à la population castelthéodoricienne dont il s'est servi par des méthodes douteuses (référendum sur l'hôpital...) pour être élu".

Résultat de recherche d'images pour Bien entendu, ces mots doivent d'être replacés dans le contexte du billet qui n'avait autre but que de démontrer l'évident fossé entre déclarations à l'Assemblée nationale et celles faites localement et les mesures non prises par le député-maire Jacques Krabal pour enrailler le déclain du centre-ville de Château-Thierry. À ces propos, on doit se rappeler, les promesses de campagne du candidat Jacques Krabal aux municipales de 2008 qui étaient  de venir à la rescousse du commerce de centre-ville. Film, enquête, catalogues de promesses étaient les outils pour appuyer sa campagne. On connaît malheureusement le résultat.

A priori, il n'aurait pas apprécié que lui soit vertement rappelé son devoir face aux promesses faites à son électorat de s'employer à redynamiser le centre-ville. C'est probablement la raison pour laquelle, il a crue bon porter plainte. Que veut-il prouver au juste ? Voulait-il sauver son honneur ? Trop tard, son honneur vient d'être largement éclaboussé par les médias qui tour à tour diffusent des informations relayées pour certaines par les radios nationales laissant planer un doute sur la gestion de la ville. Voulait-il employer la méthode de l'intimidation pour mettre à terre un résistant ? Ce temps s'éclipse Jacques; il n'y a pas de fumée sans feu.  

 

BAFFOUILLE à l'attention de MON PAS CHER Jacques

Résultat de recherche d'images pour

À  aucun moment, je n'ai nié être l'auteur des mots pour lesquels tu me fais grief. Moi, j'assume. En fait, je te savais de roc, mais sans avoir décelé une telle susceptiblité tant les termes "faux cul"  sont employés dans le langage politique courant.

Et "autocrate" alors ? C'est maintenant que tu te réveilles ? Reprends bien les comptes rendus des conseils municipaux, c'est un terme que tu ne m'as jamais reproché dans nos échanges jusqu'alors.

Résultat de recherche d'images pour Ah, je crois savoir. En fin tacticien, tu as probablement voulu noyer le poisson comme tu sais si bien le faire (s'il te plaît prend le comme un compliment, ne porte pas plainte) et ce serait plutôt la phrase " le temps consacré à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigramme" qui t'a probablement rongé le cerveau. Mais à quoi as tu pensé Jacques ? Là encore, je ne te reconnais pas, tant tu fais preuve d'une certaine anaphylaxie. Pourtant, tu me semblais blindé par ton expérience politique tellement les petites phrases assassines dans le milieux sont légendes. Là tu me surprends ou peut-être même que j'arrive à te comprendre...

Bon, pour l'autre phrase concernant l'hôpital, avoue franchement que poser la question de savoir si la population veut garder son hôpital, juste avant les élections législatives, il fallait oser. Mais bien sûr que oui, que les castelthéodoriciens voulaient garder leur unité de soins.Chapeau, tu as fait fort. En plus tous les bus tournaient avec les résultats de ton référendum. Et c'est pour cela que tu as aussi porté plainte.? S'il te vient un autre questionnaire comme celui-là, genre ohé ohé peuple castel voulez-vous être exonéré d'impôts, répondez par oui ou non. Je t'assure, j'adhère. Tu n'es pas seigneur. Ni remise en question ni LIBERTE D'EXPRESSION ne font partie de ton registre de comportements. Tout te semble acquis, du mal à autrui jusqu'au panache que tu souhaites en tirer. La roue tourne comme on dit.                                                                       

Mon avocat a plaidé en opposant des arguments que seuls les juges apprécieront, tandis que le Substitut du Procureur réclamait que je sois condamné à 5 000€ d'amende. Alors là, je ne sais pas où, je vais pouvoir dénicher cet argent. Mais bon, peut-être que je pourrais te l'emprunter. Je te laisse à présent avec tes problèmes de CORBEAUX, perchés dans les bureaux de la police judiciaire de Creil.

Les juges du tribunal correctionnel de Soissons se prononceront le 15 avril.

Je ne t'embrasse pas.

A suivre...

 

 Résultat de recherche d'images pour

 

 

Posté par marketique à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,