" />

BIENVENUE SUR COMMERCES CENTRE VILLE CHATEAU-THIERRY

                               

Hôtel de Ville

 

Bienvenue sur ce  nouveau blog !

Consultez sa biographie dans la rubrique "page"

Vous souhaitant interessés et nombreux à le consulter régulièrement

en l'alimentant de vos commentaires et suggestions.

 

Bonne lecture !

 

Posté par marketique à 01:10 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :


15 avril 2015

Ami d'hier, ennemi d'aujourd'hui

mayeuxAccusé par le député-maire Jacques Krabal, d'être parmi ceux qui ont organisés "le putsch" selon ses propres termes inappropriés pour tenter de le déstabiliser, Christian Mayeux, Maire de Nogentel, Vice-Président de la commune de Château-Thierry, vient d'être remercié par madame Fuselier présidente de la communauté de communes. (putsch = coup d'état militaire)

Pourtant, il y a encore peu de temps, rien ne présagait une telle issue à en croire la photo, où, ensemble, Jacques Krabal de rose vêtu, inaugurait en compagnie de Christian Mayeux le 21 juin 2014, les nouveaux vestaires du stade de rugby castel situé sur sa commune (422 000€). On observera également la présence de madame Fuselier.

Nul n'en doute, l'éviction de M. Christian Mahieux, maire de Nogentel de son poste de Vice-Président de la CCRCT mise en scène par sa présidente, madame Fuselier lors du conseil communautaire du 9 avril dernier, constitue bien un nouvel épisode de la stratégie de diversion engagée par le député-maire de ChateauThierry pour tenter d'éviter d'avoir à répondre des faits très précis relatés par la désormais fameuse lettre du "Corbeau". De conférences de presse en réunions publiques, avec beaucoup de "hargne" comme le note le journal l'Union du 10 avril, il s'acharne à expliquer qu'il est victime d'une tentative de putsch et d'un complot d'un quarteron de proches collaborateurs politiques et d'élus. Parmi ces derniers il a jeté à en pâture le nom  Christian Mahieux, qui pourtant n'a jamais ménagé son amitié et son soutien pendant près de 20 ans. L'enquête judiciaire devrait permettre de faire la lumière sur toute cette affaire.

Résultat de recherche d'images pour En attendant, on doit relever que la Présidente de la CCRCT, en se précipitant pour prêter la main aux manœuvres de son mentor,(Jacques Krabal) s'est prise les pieds dans le tapis. La délibération qu'elle a fait voter à son conseil communautaire le 9 avril est nulle de plein droit. Elle n'a en effet pas respecté la loi qui lui impose de communiquer aux délégués l'intégralité des sujets qu'elle entend leur soumettre. La convocation à cette fameuse réunion ne porte pas la mention de l'éviction de M. Mahieux. Il revient désormais au sous préfet de demander la régularisation de cette illégalité ou de saisir le tribunal administratif pour faire annuler une délibération particulièrement grave pour la cohésion du territoire et qui, de plus, porte atteinte à l'honneur d'un homme condamné en son absence
Ce qui n'est pas très élégant ni......très républicain. Bien évidemment, on peut supposer que des consignes de vote ont été données.

Voilà donc encore bien du temps perdu dans des réglements de comptes politiques dont les citoyens et commerçants se passeraient bien.

 

13 avril 2015

Le JAQUISME au secours de KRABAL

anniversaire jacques

Jacques a consacré beaucoup de son temps et de son énergie ces dernières semaines non pas à trouver les moyens de redresser la situation du commerce de sa ville mais à voler au secours de Krabal en multipliant les réunions pour tenter d'expliquer à coeur ouvert à un auditoir choisi qu'il est la cible de personnes malintentionnées sans compter le fameux corbeau dont tout le monde parle. Conférence de presse, réunion avec les chefs des services de la mairie, réunion publique se suivent. Jacques, profondément affecté, triste,blessé,   exprimait à ceux qui veulent l'entendre les raisons qui l'ont conduit à se séparer d'un certain nombre de ses collaborateurs (chef de cabinet, attachée parlementaire, secrétaire de mairie...) assurant au détour, ses profondes convictions,ses valeurs morales, son sens de l'éthique et même de transparence. En se disant profondément affecté, Jacques n'a pas oublié sa famille, ses proches collaborateurs salis et attaqués dans le lynchage dont il est victime et selon lui savamment orchestré par des cerveaux retord et malsains.

En versant une larmichette, lors de la réunion publique du 10 avril, jour de son anniversaire (67 ans), Jacques à offert un spectacle émouvant dont même Krabal n'en revenait pas et dont le premier acte était destiné à balayer la presse en particulier, sur les insinuations malveillantes à propos de Miss Aisne.C'est ainsi que l'on a découvert le JACQUISME, forme de complainte destinée à émouvoir cachant une hargne sans merci. Mais KRABAL à vite repris la main sur Jacques en affirmant qu'il ne lâcherait rien, offrant un show d'une heure digne de ces politiques qui parlent pour ne rien dire évitant surtout de traiter ce dont le corbeau l'accuse.

Mais pourquoi s'acharne-t-on à ce point contre le député-maire ? Il doit bien y avoir une raison. Ses explications qui poussent à nous faire croire qu'il s'agit simplement de personnes voulant régler des comptes personnels ou des personnes jalousessont légères.

promo hot

En tout cas, dans tout ce tumulte malsain, il y en a, à qui la situation profiterait. Bertrand Varin, l'ex-auto entrepreneur chargé de la communication payé à prix d'or et dont les services ont été mis en cause par la chambre régionale des comptes avec à la clé un redressement mirifique de 54 000€, à la charge du contribuable, serait bientôt nommé directeur de cabinet de Krabal en remplacement de monsieur Michael Gomez, licencié. Belle promotion n'est-ce pas ?  No comment !

 

 

LES AFFAIRES CONTINUENT...!

 

Résultat de recherche d'images pour La presse locale s'est largement emparée dans leurs colonnes, de l'affaire, qui oppose le blog au député-maire Jacques Krabal.

Jacques Krabal a cru bon de déposer une plainte pour injures et diffamations suite à un billet paru dans le blog le 17 février 2014, sous le titre "Faux Cul ?".

D'après sa plainte enregistrée au commissariat de police de Château-Thierry, Jacques Krabal reproche au blog  l'utilisation des termes suivants considérés comme injures  :

" faux cul ou pas ?"

" vraiment faux cul dans la posture de l'imposteur"

" notre cher député autocrate"

Il réprouve également l'utilisation des phrases suivantes estimées comme diffamantes :

" le temps à consacrer à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigrame"

" il a fait un choix de carrière qui ne profite aucunement à la population castelthéodoricienne dont il s'est servi par des méthodes douteuses (référendum sur l'hôpital...) pour être élu".

Résultat de recherche d'images pour Bien entendu, ces mots doivent d'être replacés dans le contexte du billet qui n'avait autre but que de démontrer l'évident fossé entre déclarations à l'Assemblée nationale et celles faites localement et les mesures non prises par le député-maire Jacques Krabal pour enrailler le déclain du centre-ville de Château-Thierry. À ces propos, on doit se rappeler, les promesses de campagne du candidat Jacques Krabal aux municipales de 2008 qui étaient  de venir à la rescousse du commerce de centre-ville. Film, enquête, catalogues de promesses étaient les outils pour appuyer sa campagne. On connaît malheureusement le résultat.

A priori, il n'aurait pas apprécié que lui soit vertement rappelé son devoir face aux promesses faites à son électorat de s'employer à redynamiser le centre-ville. C'est probablement la raison pour laquelle, il a crue bon porter plainte. Que veut-il prouver au juste ? Voulait-il sauver son honneur ? Trop tard, son honneur vient d'être largement éclaboussé par les médias qui tour à tour diffusent des informations relayées pour certaines par les radios nationales laissant planer un doute sur la gestion de la ville. Voulait-il employer la méthode de l'intimidation pour mettre à terre un résistant ? Ce temps s'éclipse Jacques; il n'y a pas de fumée sans feu.  

 

BAFFOUILLE à l'attention de MON PAS CHER Jacques

Résultat de recherche d'images pour

À  aucun moment, je n'ai nié être l'auteur des mots pour lesquels tu me fais grief. Moi, j'assume. En fait, je te savais de roc, mais sans avoir décelé une telle susceptiblité tant les termes "faux cul"  sont employés dans le langage politique courant.

Et "autocrate" alors ? C'est maintenant que tu te réveilles ? Reprends bien les comptes rendus des conseils municipaux, c'est un terme que tu ne m'as jamais reproché dans nos échanges jusqu'alors.

Résultat de recherche d'images pour Ah, je crois savoir. En fin tacticien, tu as probablement voulu noyer le poisson comme tu sais si bien le faire (s'il te plaît prend le comme un compliment, ne porte pas plainte) et ce serait plutôt la phrase " le temps consacré à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigramme" qui t'a probablement rongé le cerveau. Mais à quoi as tu pensé Jacques ? Là encore, je ne te reconnais pas, tant tu fais preuve d'une certaine anaphylaxie. Pourtant, tu me semblais blindé par ton expérience politique tellement les petites phrases assassines dans le milieux sont légendes. Là tu me surprends ou peut-être même que j'arrive à te comprendre...

Bon, pour l'autre phrase concernant l'hôpital, avoue franchement que poser la question de savoir si la population veut garder son hôpital, juste avant les élections législatives, il fallait oser. Mais bien sûr que oui, que les castelthéodoriciens voulaient garder leur unité de soins.Chapeau, tu as fait fort. En plus tous les bus tournaient avec les résultats de ton référendum. Et c'est pour cela que tu as aussi porté plainte.? S'il te vient un autre questionnaire comme celui-là, genre ohé ohé peuple castel voulez-vous être exonéré d'impôts, répondez par oui ou non. Je t'assure, j'adhère. Tu n'es pas seigneur. Ni remise en question ni LIBERTE D'EXPRESSION ne font partie de ton registre de comportements. Tout te semble acquis, du mal à autrui jusqu'au panache que tu souhaites en tirer. La roue tourne comme on dit.                                                                       

Mon avocat a plaidé en opposant des arguments que seuls les juges apprécieront, tandis que le Substitut du Procureur réclamait que je sois condamné à 5 000€ d'amende. Alors là, je ne sais pas où, je vais pouvoir dénicher cet argent. Mais bon, peut-être que je pourrais te l'emprunter. Je te laisse à présent avec tes problèmes de CORBEAUX, perchés dans les bureaux de la police judiciaire de Creil.

Les juges du tribunal correctionnel de Soissons se prononceront le 15 avril.

Je ne t'embrasse pas.

A suivre...

 

 Résultat de recherche d'images pour

 

 

Posté par marketique à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 mars 2015

Un KRABAL des corbeaux .

axonais krabal les corbeauxComme le blog le relatait dans son dernier billet, relayant une information du journal l'Union, le député-maire Krabal a déposé plainte contre X  pour diffamation en attaque à une lettre anonyme mais également contre madame Sandrine Clerbois et aussi contre le journal, l'Axonais et ....contre le blog dont vous êtes les fervents lecteurs.

surprise

Surprise ! Jeudi 26 février, l'hebdomadaire l'Axonais titrait à la une : " Un Krabal des corbeaux" en terminant son article par "la petite entreprise Krabal et fils ne connaît pas la crise" phrase reprise de l'auteur(e) de la lettre anonyme. Cette allusion est lourde de sens.  (lien du journal en bas de page)                                                                     

On notera dans le contenu dense de l'hebdomadaire qui s'est arraché auprès des revendeurs de presse, que Miss Aisne 2015 y est citée en éclaircissement à l'article précédent du journal " Jacques Krabal n'est pas charlie" du 21 février dernier.

Ainsi, un corbeau rode à Château-Thierry et Jean de la Fontaine n'y serait pour rien.

Résultat de recherche d'images pour "corbeau anonyme"Oui, un corbeau à Château-Thierry, mais ne tenant pas en son bec un fromage mais un manuscrit très compromettant qu'il distribue au gré de ses rencontres probablement pour se venger de quelques renards ou renardes l'ayant humilié. (en laissant tomber sa proie..JDLF)

Résultat de recherche d'images pour A ce moment, et en l'occurrence, le fromage révèle une odeur particulièrement nauséabonde et semble être passablement indigeste. Si lourd qu'un Maître Renard se sentant concerné et sans doute peu à l'aise a fait son enquête et délègue sa cour pour tenter de déceler le moindre indice sur le corbeau malsain dont il doit haïr le ramage et le plumage.

Par définition, le corbeau est l'auteur de lettres anonymes mais, c'est aussi.... un grand passereau noir, au bec fort, pouvant atteindre 1 m d'envergure, nuisible lorsqu'il s'attaque aux champs cultivés, utile quand il nettoie les charognes ou dévore les oiseaux pilleurs. (Le corbeau a des facultés psychiques remarquables et vit en sociétés complexes.) Cela veut tout dire !

C'est donc bien d'une lettre anonyme dont il s'agit, contenant un volume certain que Maître Corbeau fait circuler et relayer dans la cité du Bon Jean atterrant les bonnes âmes qui en prennent lecture. Son contenu inférant selon l'Axonnais, dénonce des pratiques sordides, ignobles tenants de pratiques bien florentines.

MISS AISNEAu fait, monsieur le maire, quand prendrez-vous le temps de rentabiliser l'étude issue de la commande municipale effectuée le 01 juillet 2013 intitulée :

PLAN DE DYNAMISATION ET DE DÉVELOPPEMENT

DU COMMERCE DE CENTRE-VILLE DE CHÂTEAU-THIERRY

et dont le contribuable Castel a dû s'honorer de 30 000€, vous qui prenez le temps des déplacements à Villers-Cotterets et le temps de vous faire accompagner régulièrement par Miss Aisne 2015 sous prétexte à une opération commerciale ?

Malheureusement à suivre !

 

 L'article de l'Axonais à découvrir : AXONNAIS_1_Krabal_les_corbeaux

                                                                                        (activer la fonction rotation si nécessaire)

 

 

 

 

 

Posté par marketique à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2015

Jacques Krabal n'est pas "CHARLIE"

Image result for HARCELEMENTJamais avec de tels événements, la ville de Château-Thierry ne retrouvera sa superbe d'antan !

L'affaire de l'adjointe Sandrine Clerbois démissionnaire de son poste pour des motifs de harcèlements et de maltraitances a été évoquée grâce à certains membres de l'opposition lors du Conseil Municipal du 9 février dernier. Christian Copin et Collette Fecci- Pinatel respectivement du Front de Gauche et du Front National ont demandés au député-maire Jacques Krabal de clarifier sa position au regard des contradictions entre ses affirmations relayées par la presse locale et la réponse à celles-ci apportée par Mme Clerbois qui sans ambages met clairement en avant la responsabilité du député-maire.

Devant la gravité des faits exposés par les membres de l'opposition exepté ceux qui sont représentés par la droite restée muette ont réclamé au député-maire qu'une plainte soit déposée au nom du conseil municipal pour diffamation à l'encontre de Madame Clerbois si les faits rapportés par celle-ci s'avéraient faux. Ce à quoi Jacques Krabal répondit que porter plainte était toujours un acte difficile même si la diffamation pouvait être reconnue par une juridiction. Pourtant, le député-maire affirmait lors d'un conseil municipal plus lointain, sa ferme détermination à porter plainte dès que des propos malveillants à son endroit seraient prononcés. Ce qu'il d'ailleurs déjà entrepris à plusieurs reprises...?

Pour seule réponse et pour clore rapidement les échanges, le député-maire invita les deux membres de l'opposition à les rencontrer afin consulter des échanges de courriels justifiant ses propos rendus par la presse selon laquelle Madame Sandrine Clerbois avait rencontré des problèmes au sein de l'administration municipale ce que Madame Clerbois avait formellement contesté.

Le 16 février dernier, copies des fameux échanges de mails censés compromettre les affirmations de Madame Clerbois ont été remises aux invités à leur demande par le député-maire entouré d'agents territoriaux. Le blogue à pu se les procurer. (voir en bas de page) RIEN...à ce stade, et à la lecture de ces courriels, ne permet de déceler des différents ayant amener la décision de démission de Madame Clerbois. Certes, on observera l'un ou l'autre échange révélant des positions fermes mais néanmoins courtoises. Ces échanges ne justifient en aucun point le harcèlement et la maltraitance dont Madame Clerbois aurait été la victime. Tout au moins traduisent-ils des différences d'appréciations classiques et non insolubles dans un milieu professionnel. Que voulait donc prouver Jacques Krabal par la remise de ces documents à l'opposition municipale ?

 

JACQUES KRABAL N'EST PAS CHARLIE....il est JACQUES KRABAL Résultat de recherche d'images pour

Comme un train peut en cacher un autre, voici que poidrait une autre affaire dans le ciel Castel apportée par le vent soufflant depuis Villers-Cotteret évoquée ombragement par un journaliste de "L'axonais" du jeudi 19 février avec à la clé une.... plainte.... du député-maire Jacques Krabal à l'encontre d'un journaliste. Vous découvrirez dans cet article de presse (à lire en bas de page), non seulement l'extrême mal être de notre édile, sa façon habituelle de traiter la presse mais aussi la réponse sans crainte du journal mis en cause.

Il est maintenant temps que les élus de sa majorité, ouvrent leurs yeux !  Jacques Krabal, le Charlie d'un jour, n'a plus vocation à représenter ces administrés.... 

 Echanges ourriels de Madame Clerbois par dates ici : Mails_Madame_Sandrine_Clerbois

 

Article de l'Axonnais du 19 février 2015

 Résultat de recherche d'images pour La presse locale (L'Union) du 21 février révèle la décision du député-maire de déposer plainte contre Madame Sandrine Clerbois. Un retour de situation des plus étonnants ! Pis, il est indiqué qu'une autre plainte est déposé contre X pour une lettre anonyme critiquant les méthodes politiques douteuses du député-maire.

Posté par marketique à 10:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


01 février 2015

La navrante suite de....HARCELEMENT ET MALTRAITANCE

VERITELe lendemain de la publication du billet concernant la démission de Madame Sandrine Clerbois, Adjointe de Jacques Krabal, député-maire de Château-Thierry, le journal L'Union, s'emparait du sujet.                      
Sans pouvoir avoir des explications de l'intéressée, jointe par téléphone, le rédacteur de l'article du journal interrogeait alors Jacques Krabal.                                               
Voici ce qu'il écrit :

Joint cette fois ce dimanche, Jacques Krabal, député-maire de Château-Thierry, indique

"qu’il n’a jamais parlé directement avec Sandrine Clerbois des lourds problèmes soulevés par cette dernière dans sa lettre".                                                                                                  

À moins que le journaliste ait fait une faute de retranscription de sa conversation avec le maire, ce dernier poursuit en disant :

« On comprend surtout qu’elle a d’énormes problèmes avec une chef de service de la mairie. J’ai bien tenté des actions de médiation, j’ai privilégié le consensus,… »  "Mais en vain donc" ajoute le rédacteur du journal.

On notera la contradiction entre les deux propos tenus. "

En effet, comment le député-maire Jacques Krabal a pu organiser des actions de médiation en privilégiant le consensus sans avoir semble-t-il parler directement avec Madame Clerbois des lourds problèmes qu'elle rencontrait. Il faut être aveugle pour ne pas penser qu'à un moment ou un autre les parties ne se soient pas rencontrées !

Et poursuivant, Jacques Krabal ajoute auprès du journaliste du journal local, une note de regrets et de fatalisme bien enrobée pour relativiser la décision de démission de son Adjointe pour qui il prête louanges et compassion :

 «  Une démission est toujours un échec pour tout le monde. Il y a tout de même eu du bon travail d’accompli. D’autre part, j’avais choisi de prendre comme adjointe aux affaires scolaires une personne qui n’était pas enseignante, comme c’est souvent le cas au sein des municipalités, mais au contraire qui a le regard d’une maman, d’une mère de famille. »

Par rapport au « bon travail », Jacques Krabal pense là à l’application de la réforme des rythmes scolaires renchérit le journaliste.

Consternant et difficile à croire que le député-maire de Château-Thierry ait perdu soudainement sa faculté de persuasion et laisser partir une adjointe dont il glorifie les mérites.

                                     

 A beau mentir qui vient de loin 

Expression de l'académie française : on peut facilement raconter des mensonges (et être cru) quand ce qu'on dit n'est pas vérifiable.

Ainsi, selon Madame Sandrine Clerbois, les assertions et allégations avancées par Jacques Krabal, par le biais du journal local, s'avèreraient être le fruit d'une parfaite mise en scène et que les propos tenus par le maire Jacques Krabal sont :

 

 

En effet, l'Adjointe dément par un nouveau courrier daté du 23 janvier avoir rencontré des problèmes avec une chef de service et affirme n'avoir jamais été concernée par une quelconque médiation. Pis, elle dévoile qu'il s'agit d'une seule personne, au sens masculin qui exerçait harcèlement et maltraitance portant atteinte à ses droits, sa dignité, à sa santé physique et mentale sans ....pour l'instant la citer.

À nouveau, il faut saluer l'énorme courage de Madame Clerbois pour dénoncer l'inacceptable des faits se produisant dans l'enceinte de la maison du peuple de Château-Thierry.

D'ailleurs, on dit, ici où là que des faits similaires se seraient déjà produits dans le même ou proche environnement et couvent en attente d'éclosion......à la différence que l'on connaîtrait celui ou celle se trouvant dans la coquille. Rumeurs ou .....?

Le blog vous livre, ici le courrier de Madame Clerbois qui circule :  Mme_Sandrine_Clerbois_23_01_15

A suivre ....

En attendant, les commerçants, ont eu samedi 31 janvier, l'immense honneur et privilège d'observer un couple heureux, déambuler dans le centre ville vide de Château-Thierry en les personnes de Madame et Monsieur Krabal. Fait rare pour être souligné !

D'ailleurs, il semblerait que le député maire ait de plus en plus d'attachement pour le commerce de notre ville. La preuve en est, par une des photos prise le 17 janvier dernier lors de la deuxième venue rapprochée à Château-Thierry d'Emilie Quentin-Rogier, Miss Aisne, probablement en mission de promotion du commerce Castel. Seuls et par le fruit du hasard, quelques très rares Castels en dehors de quelques commerçants triés ont pu faire la connaissance de l'heureuse élue.

MISS AISNE

Passons.....

 

 

 

 

 

                
                                                       

 

Posté par marketique à 13:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 janvier 2015

HARCELEMENT ET MALTRAITANCE

subirDécidemment, après avoir été condamné pour travail dissimulé, la municipalité de Château-Thierry revient au-devant de la scène.

En effet, par une lettre dite d' "information" en date du 12 janvier dernier adressée au maire, Madame Sandrine Clerbois, 4° Adjointe Déléguée à l'éducation, à la jeunesse et à la politique familiale et nouvellement élue annonce sa démission du Conseil Municipal de Château-Thierry. Si une Adjointe est libre de démissionner de son mandat, elle n'est certes pas dans l'obligation d'invoquer le motif de sa décision. Mais fait surprenant, Madame Clerbois fait part au maire des motifs de sa décision par des termes d'une résonnance gravissime en dénonçant :

- des comportements maltraitants et harcelants l'obligeant à démissionner pour ne plus subir.

Mais qui sont les auteurs de ces actes malveillants relevant des affaires pénales ? On peut tout de même supposer que Madame Clerbois dans le courant des faits subits en ait dénoncé la teneur au maire pour qu'il intervienne de son autorité. A priori, il n'aurait pas réussi et c'est tout même étonnant connaissant l'autoritarisme facile du député-maire Jacques Krabal ! A parier que le maire utilisera comme à son habitude toutes les ficelles pour minimiser cet évènement grave.

Il faut saluer le courage de Madame Clerbois qui par sa demande de démission outre perdra l'avantage de ces indemnités mais qui ne sont rien face au capital de ses convictions et de sa dignité.

Reste maintenant que cette lettre eut été envoyée à Monsieur Le Sous-Préfet qui a le pouvoir d'accepter ou de refuser cette démission. A défaut d'acceptation, la démission sera réputée définitive un mois après un nouvel envoi de la démission en lettre recommandée.

Souhaitons que Madame Clerbois soit soutenue par l'ensemble des élus face à ces faits qui ne redorent pas le blason de notre ville et perturbent la bonne conduite de la collectivité.

Le blog est de tout coeur avec Madame Clerbois.

Affaire à suivre !

VOICI la lettre en question  :    d_mission_Madame_Clerbois

                                       

Posté par marketique à 20:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 janvier 2015

Depuis quand ?

Certains étaient contre d'autres plus favorables à la mise en place de la vidéo protection dans la grande rue à Château-Thierry suite aux cambriolages successifs de bijouteries en 2009 et 2010.  (voir vidéo en fin de billet).Peu importe, à partir du fait de la décision de Conseil Municipal d'installer un système de vidéo avec les deniers des contribuables autant que ce système fonctionne. Or, on doit se rappeller que l'entreprise "choisie" qui avait son siège à Brasles, village anciennement administré par le maire actuel de Château-Thierry, n'était pas vraiment spécialiste de la chose, n'a jamais pu assurer la maintenance de l'installation dès les premières pannes survenues !

Lors du Conseil Municipal du 19 avril 2012, l'opposition du maire et plus particulièrement les Groupes "Unis pour Château" et J'aime ma ville" avaient pointé du doigt l'absence d'une commission d'éthique demandée par la Ligue des droits de l'Homme en 2010 et voulait s'assurer du bon fonctionnement des caméras. Une charte d'utilisation ainsi qu'un registre indiquant les recours à la vidéo devaient être mis en place ainsi qu'un appel d'offres pour assurer la maintenance de l'installation et ce suite à l'intervention des Groupes d'opposition dont celui d'Unis pour Château constitué par des ex-membres de la majorité.  Mais qu'en est-il au fait après tout ce temps passé ?

Tout récemment, la brigade financière aurait enquêté sur des achats frauduleux effectués par carte bancaire et interrogerait les commerçants crédités des achats pour tenter d'identifier physiquement les auteur(es). Entre autres questions, les enquêteurs de la brigade financière auraient demandé aux commerçants concernés s'ils étaient équipés de système de vidéo privé.  Pourquoi cette question, alors que les enquêteurs disposeraient de la date (20/12/2014) et des heures précises des achats effectués par le moyen de carte bancaire et qu'avec ces éléments, la VIDEO PROTECTION PUBLIQUE, pouvait largement répondre aux besoins des enquêteurs et même si les enregistrements sont effacés au bout de neuf jours, ils sont néanmoins conservés sur clé USB ?.

La réponse est simple : La brigade financière n'aurait pu accéder à ces informations pour identifier les auteur(es) pour une raison aussi simple que :

LES CAMERAS DE VIDEO PROTECTION NE FONCTIONNERAIENT PAS !

Et alors "depuis quand" ?

Et pourtant, une commission départementale devrait vérifier chaque année le bon fonctionnement des installations.

Il est urgent que cette situation semble-t-il tout de même avérée (dates et heures) trouve des réponses pour rassurer les commerces déjà victimes de faits dramatiques.

A bon entendeur !

Lien ci dessous pour revoir (après les pubs) le reportage de TF1 après les cambriolages :

 

http://videos.tf1.fr/jt-13h/2010/toutes-les-bijouteries-de-chateau-thierry-ont-ete-cambriolees-5781118.html

 

 

 

 

Posté par marketique à 07:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2014

"Je gagne toujours"

Conseil Municipal de Château-ThierrySi ce blog, que vous êtes nombreux à consulter, n'a pas pour objectif principal de commenter toutes les décisions et inepties municipales, il semble important face à la déconvenue des commerçants, des usagers du centre-ville, de dénoncer certains choix et certaines pratiques mettant en lumière l'utilisation de l'argent public au détriment entre autres d'un acteur économique et social important que représente le commerce de centre-ville et de la menace qui pèse sur lui. Puis, il est tout aussi important pour chaque citoyen d'être informé à défaut d'être acteur.

Dans le prolongement des quatre billets précédents, le blog vous propose un tour d'horizon du conseil municipal qui s'est déroulé le 1er septembre.

"Je gagne toujours", c'est dans un climat offensif que le maire a prononcé ces mots lors de ce Conseil qui avait pour ordre du jour principal :

- le rapport de la Cour Régionale des Comptes et la demande gracieuse des débets dont ont été condamnés les deux Agents Comptables du Trésor

 

JK

L"expression "je gagne toujours" étaient clairement adressées à celles ou ceux qui auraient dévoilé le compte rendu de la Cour Régionale des Comptes avant le Conseil Municipal, en les menaçant clairement de déposer plainte et d'obtenir la certitude de la faveur d'un jugement en pointant notamment les blogueurs dont a priori l'objectivité narrative dérange le maire.

Le débat au Conseil Municipal de ce 1er septembre a été mené tambours battants par le maire quasi seul orateur de la séance, magnant avec habileté, une stratégie de diversion et une dose à peine discrète d'enfumage dont il maîtrise parfaitement les subtilités afin d'éluder les détails fâcheux du contenu des documents versés à l'ordre du jour. À aucun moment, il n'a fait lecture des documents se contentant d'en faire une synthèse favorable.

 Pour brouiller l'assemblée et ses opposants novices, il a tenu à rappeler longuement et comme de coutume la gestion de l'ancien maire par une rétrospective primaire pour la comparer à celle de son premier mandat, obnubilé par sa prétendue performance de désendettement rendu possible par la perte d'une partie du patrimoine municipal. (plus de 3 Millions d'€)

impots locaux

S'il dit avoir désendetté la ville et avoir élevé le niveau d'investissement il oublie que le poids de la dette de la ville de Château-Thierry reste à un niveau élevé comparé aux autres communes de même strate. Encore qu'il ne faille confondre "investissements" et "embellissements" et pertinence des investissements qui jusque-là n'ont pas prouvé leurs retombés économiques.

Par exemple, aucun des investissements réalisés n'ont fait que la situation du commerce s'améliore, que des emplois soient créés, que des entreprises s'installent, que le delta entre les nouveaux habitants et ceux qui "s'enfuient" soit positif malgré les nouvelles constructions. Il ne s'est SURTOUT pas aventuré à présenter le bilan d'un investissement oh combien désastreux qu'est celui des fameux " AIGLES de Château-Thierry" (1 Million d'€...). Il omet de dire, que 54.40% des foyers de la commune en... 2010...n'étaient pas imposables contre à comparaison 46.90% sur le territoire national, compliquant l'avenir de la ville en matière de recettes. Soulignons aussi les faits non rapportés et non des moindres dans son exposé et figurant dans le rapport, que les comptes de l'année 2010 altèrent la sincérité du résultat par l'absence de rattachement de charges ainsi qu'une surévaluation des résultats des comptes des années 2009 et 2010 !  A noter également quelques surestimations budgétaires venant également altérer la sincérité de la présentation des budgets de la collectivité. Seul un changement de logiciel comptable en 2010 est venu perturber la bonne lecture des comptes....dont l'inventaire physique de la commune... ! Bien que le soleil pouvant être à l'ombre, globalement, les charges de fonctionnement semblent être maîtrisées selon le rapport.

 Dans l'emballement de son exposé, il n'a pas hésité à remettre le couvert des impôts locaux non augmentés durant son premier mandat comme si l'équipe précédente n'avait pas introduit cette initiative.  Si le taux de base de la commune n'a certes pas augmenté, l'assiette servant de calcul a quant à elle bien évolué. Les Castels ont donc bien payé plus d'impôts passant de 446€ par habitant à 523€ en 2012  soit près de 18% d'augmentation soit une évolution supérieure à la moyenne nationale.

marché public3

Quant à l'absence de mécanismes de contrôles internes des procédures adaptées des marchés publics (travaux...) tels que définis par la Chambre Régionale de la Cour des Comptes....PAS UN MOT !

Pas plus pour relater un probable malaise du personnel employé par la collectivité qui a vu  son taux d'absence bondir de plus de 25% en 2 ans.

travail dissimulé

Reste une grosse ombre dans l'énoncé très édulcorée du rapport de la Cour Régionale des Comptes par le député-maire devant le Conseil : celle qui occupe une grande partie du rapport : le régime indemnitaire faisant déjà l'objet d'un jugement, et l'organisation du service communication en prestation de services épinglée par l'URSSAF et qualifiée de TRAVAIL DISSUMULE. Par une petite pirouette en passant, il aura glissé des compliments à l'endroit du chargé de communication pour le travail exécuté et de souligner par la prise de parole d'un adjoint que le prix payé correspondait à ce qu'il fallait attendre pour une communication municipale de qualité. (171 014€ sur 2 ans dont il faut rajouter certaines mises à disposition). Les Castels, commerçants confondus, apprécieront l'usage de leurs contributions. Le blog sera amené à revenir en plusieurs points sur cette affaire.

Quant au JUGEMENT à proprement parlé rendu par la Cour Régionale des Comptes sur le régime indemnitaires de trois collaborateurs, le maire et comme prévue à balayer d'un revers sa responsabilité par une intervention courte et sans opposition expliquant que la commune ne serait pas impactée financièrement par les sommes indûment perçues par les agents bénéficiaires de salaires et d'heures supplémentaires non justifiées mais qu'il fallait en tout bien tout honneur voter une motion afin de demander l'exonération des remboursements que devront effectuer les Agents Comptables du Trésor condamnés à payer les erreurs des sommes versées aux  PROCHES collaborateurs du maire. Motion votée.

opposition

Bien évidemment, le maire face à une opposition nouvellement élue et manifestement pas au fait a pu esquisser les quelques rares et maladroites questions sur les sujets de l'ordre du jour. Fort de son expérience, il a su adopter les postures nécessaires pour impressionner son auditoire.

Serait-ce aussi vrai que les audacieux, les sans gêne, les prétentieux, ceux qui parlent fort gagnent toujours et tout le temps ?  À grande échelle, les vilains coulent des pays, des entreprises et des gens, ce avec notre accord, notre argent et la bénédiction du sentiment démocratique.

LE RENARD ET LE BUSTE

Le rappel de la fable de Jean de la Fontaine " le renard et le buste" serait bien approprié pour résumé ce billet :

Les Grands, pour la plupart, sont masques de théâtre ;
Leur apparence impose au vulgaire idolâtre.
L'âne n'en sait juger que par ce qu'il en voit :
Le Renard, au contraire, à fond les examine,
Les tourne de tout sens ; et, quand il s'aperçoit
Que leur fait n'est que bonne mine,
Il leur applique un mot qu'un Buste de héros
Lui fit dire fort à propos.
C'était un Buste creux, et plus grand que nature.
Le Renard, en louant l'effort de la sculpture :
« Belle tête, dit-il, mais de cervelle point. »

Combien de grands Seigneurs sont Bustes en ce point !

Chacun, se fera son opinion mais les faits sont imprescriptibles !

 

 

Posté par marketique à 13:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 août 2014

Nouveau Scandale en mairie !

cheval

Décidément, la rentrée s'annonce chaude à Château-Thierry du côté de la municipalité. Par contre rien n'est moins sûr du côté des affaires déjà tendues des commerçants qui subissent des travaux en plein centre ville et fait du hasard juste devant la rentrée de septembre.

Ainsi, si la prochaine réunion du conseil municipal conduit à revenir sur le jugement de la Cour Régional des Comptes, c'est dans une autre affaire que le maire Jacques Krabal devra donner des explications à l'assemblée :

 

la CONDAMNATION de la municipalité par l'URSSAF à 54848€ de redressement pour                     TRAVAIL DISSIMULE                                                                        dévoilé entre autre dans le dernier rapport de la Cour Régionale des Comptes.

Nous reviendrons plus en détails sur ce qui apparaît comme une confirmation des méthodes et des pratiques du maire de la ville.

Pour ce qui concerne le jugement dont le blog révélait la teneur et si l'on croit, c'est bien en versant des indemnités injustifiées et illégales à des agents communaux dont la municipalité de Château-Thierry est à l'origine qui fait subir un préjudice financier d'une valeur de près de 30.000 euros à la ville. C'est le sens de la condamnation qui frappe les deux fonctionnaires du trésor public à qui il est reproché d'avoir laissé passer l'infraction. Ils doivent rembourser personnellement cette somme.sur leurs deniers personnels. Contrairement donc à ce que prétend la municipalité il s'agit bien d'une grave erreur de fond et non pas d'une simple erreur de forme.
Ces sommes versées illégalement ont grevé le budget du personnel municipal pendant plusieurs années. On se demande comment cela a pu passer inaperçu de toutes les autorités qui doivent contrôler le régularité des budgets municipaux (l'adjoint aux finances, la sous-préfecture, la direction générale des services de la commune....) Par ses habituels pirouettes, le maire proposera au prochain conseil municipal de dispenser les intéressés du remboursement de ces 30.000 € destinés à couvrir le préjudice de la commune....en demandant au conseillers municipaux, jamais tenus informés, de se rendre "complices" de fautes commises en dehors de toutes décisions prises arbitraitrement.

heures_sup

 

Une manière de s'exonérer des conséquences de ses propres fautes.

 

Posté par marketique à 12:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,