" />
24 avril 2015

Le complot contre la langue française

Résultat de recherche d'images pour L'éviction pour le moins cavalière de Christian Mahieux de ses fonctions de 1er vice-présidence de la Communauté de Communes devrait connaître des prolongements que n'ont pas prévu ses instigateurs.
Quelques conseillers communautaires ont récemment décidé d'en débattre par messageries électroniques et ainsi de poser les questions que le forcing opéré en séance par la Présidente n'a pas permis d'éclairer. Cette dernière leur a d'ailleurs adressé, après coup,  une laborieuse lettre d'explication de justification…dont beaucoup estiment qu'elle aurait dû leur être fournie… avec l'ordre du jour, dans la convocation. On attend d'ailleurs la décision du Sous Préfet qui ne peut faire autrement que de constater que la loi a été violée.

Mais le plus cocasse de cette liste de discussion reste le message que le nouveau conseiller départemental et 1er adjoint de la ville, Bruno Beauvois fraîchement élu, a posté pour défendre l'élimination du maire de Nogentel.
Nous vous offrons de vous en régaler par la lecture d'une version dont les fautes d'orthographe ont été corrigées parRésultat de recherche d'images pour Marcel Rousseau, ancien conseiller municipal de Château-Thierry ( 5 mandats au compteur..!). Vous pourrez ainsi apprécier la force et la pertinence des arguments de ceux qui ont décidé de punir M. Mahieux d'avoir peut-être imaginé être candidat contre eux aux départementales….(lien en bas de page)

Humblement, le blog n'est pas épargné de fautes liées à la complexité de la langue française...toute proportion gardée.

Pas de temps pour les diatribes, monsieur l'élu !Votre temps doit être consacré :

- à la réhabilitation de l'habitat, à la récupération des logements vétustes du centre-ville

- à l'appui des démarches de promotion du commerce 

- à l'action en matière de stationnement et de mobilité du centre-ville  

- à l'amélioration de l'espace public

- au soutien économique des commerçants acteurs...du vivre ensemble(sic)

 

Résultat de recherche d'images pour

le mail du conseiller départemental : (cliquez)  les_fautes_de_monsieur_Beauvois

 

 


24 décembre 2013

Parole, parole, parole

baratin"Il faut se défier de ceux qui ont de trop bonnes intentions : il leur arrive de changer étrangement d'idée." André Duval,  Le mercenaire. Cette citationrésume le sens de ce billet en 3 points. Il met en lumière le décalage entre les discours "politiquement correct"** sur fond de redynamisation du commerce de centre ville de Château-Thierry et la triste réalité en images ( lien l'Album).

**Le politiquement correct est la meilleure des choses que l’on ait inventées pour permettre aux imbéciles de l’ouvrir, et obliger les gens de bon sens à la fermer » (P. Pigeolet)

  1. COMMERCE : EXTRAIT VOEUX DU MAIRE 9 JANVIER 2010

L’attractivité, nous la vivons comme un engagement aux côtés des commerçants, un soutien indéfectible pour dynamiser le commerce de centre-ville et proposer aux habitants un choix le plus large possible.

Cela passe par des animations : le deuxième dimanche du mois sur la Place de l’Hôtel de Ville, depuis l’été dernier, le marché traditionnel réunit métiers de bouche, artisans. Cela passe aussi par un réaménagement du marché couvert, une implantation de commerces sédentaires. Des commerces nouveaux ouvrent à Château-Thierry, c’est un atout supplémentaire pour  nous tous. Il faut tout mettre en œuvre pour stopper l’évasion vers les centres commerciaux de Marne-la-Vallée et Reims, donner aux Castels de bonnes raisons de faire leurs achats dans leur ville. C’est le sens de notre démarche, une attractivité maximale. Nous avons la chance dans cette démarche de travailler avec un développeur de centres-villes, nous devons l’arrivée de plusieurs enseignes à Bruno Laurent, qui est mis à notre disposition par Pierre-Mary Bachelet, conformément aux engagements qu’il avait pris.

Bon à savoir : Bruno Laurent a oeuvré principalement à l'implantation des enseignes en périphérie et particulièrement sur la zone "Leclerc" et celle d'Essomes. Il est celui qui a déplacé l'opérateur Orange en lieu et place du maché couvert et implanté le magasin Z rue du Gal De Gaulle aujourd'hui disparu. Voir son site : http://www.immo-stg.com/realisations.html

 2.EXTRAIT RAPPORT REUNION AVEC LES COMMERCANTS LE 9 JUIN 2011 (18 mois après)

:D’autres problématiques étaient à l’ordre du jour, dont le FISAC, Fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce. Celui-ci, dans le cadre d’un partenariat entre la mairie, la communauté de communes et les Boutiques, doit permettre de soutenir la promotion du commerce, en particulier pour des actions comme le marché de Noël, le salon du mariage et la mise en place d’animations commerciales. Pour y parvenir, il est nécessaire que l’association des Boutiques s’étoffe. C’est aussi une volonté de la municipalité de se rassembler collectivement et de trouver de meilleures solutions pour enrayer la crise du commerce de proximité. Plusieurs thèmes ont à ce sujet été lancés, pour entamer une réflexion de fond et dynamiser le centre-ville et le marché. Celui du vendredi va être réorganisé, avec un marché couvert entièrement rénové qui ouvre des perspectives de marché quotidien et en fait un pôle d’attractivité. L’idée de délocaliser le marché du dimanche est aussi émise.

D’autre part, toujours dans la perspective de renforcer l’attractivité du cœur de ville, une réunion s’organisera prochainement pour traiter de la rénovation des façades, en lien avec l’ANAH, Agence Nationale de l’Habitat. De la même façon, une étude sera menée pour le remembrement des cellules commerciales, trop petites et inadaptées aux besoins du commerce actuel. Un soutien à l’investissement est envisagé pour des aides à la rénovation de vitrines, à des travaux de mise en accessibilité, grâce au FISAC et au travail de la Chambre de Commerce et d’Industrie, CCI, par le biais de Françoise Moutailler.

Observations : 18 longs mois se sont écoulés entre les déclarations du maire en janvier 2010 et cette réunion de juin 2011 :  "un soutien indéfectible pour dynamiser le commerce" (09/01/10) et 18 mois plus tard "entamer une réflexion de fond et dynamiser le centre-ville et le marché" (cherchez l'erreur) avec quelques petites astuces nouvelles qui ne verront bien évidemment pas le jour : ....rénovation des façades (par exemple)

3. COMMERCE : EXTRAIT VOEUX DU MAIRE 6 JANVIER 2012 

Je tiens à remercier tous les dirigeants de ces entreprises d’avoir fait confiance à Château-Thierry. Maintenir l’emploi et même le développer c’est votre ambition et c’est la nôtre. En 2012, je sais que de nombreux projets vont encore voir le jour. Des friches vont disparaître, des espaces seront modernisés et agrandis, de nouveaux services proposés. Dans quelques jours, nous organiserons une réunion de travail avec les Boutiques de Château-Thierry et Vazi. Nous débattrons de ces projets et aborderons les travaux à venir : le haut de la Grande Rue, la suppression des feux tricolores en face de Greenfield, à la Poste, et bien d’autres encore.
Oui nous avançons ensemble et nous continuerons à le faire. S’il est indispensable d’aller encore plus loin dans le renforcement de l’aménagement de notre centre-ville, ne perdons pas de vue les rôles joués par nos espaces commerciaux périphériques.

Commentaires : Par définition, une ambition n'engage pas celui qui la formule.....Il n'échappera à personne que le "soutien à l'investissement" (09/06/2011) pour le centre ville s'est largement déporté vers les zones commerciales : au dernier conseil du 18/12, il a été acté la réalisation d'un nouveau rond point en face de "Greenfeeld". Coût de l'opération : 700 000 €. C'est sans commentaire ! Et pour les adeptes des ronds-points dites si vous faites vos emplêtes à cet endroit ?

Pour vous convaincre de la dure et navrante réalité de notre centre-ville en pleine période de fêtes de fin d'année 2013, RDV http://www.commerceschateauthierry.com/albums/centre_ville_veille_de_f_tes_2013/index.html

En résumé, n'hésitez pas à écouter....Dalida... et transposez !

 BONNES FÊTES A TOUS

 

 

 

Posté par marketique à 13:50 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2013

Certains s'amusent....en ville !

pv1

Une journée de retraités…

Les gens qui travaillent demandent souvent aux retraités à quoi ils occupent leurs journées.

Et bien par exemple, un jour de la semaine dernière, ma femme et moi sommes allés en ville.
Nous n’étions pas depuis cinq minutes dans une boutique, qu’en sortant, il y avait une contractuelle en train d’écrire son PV.

On s’approche et je lui dis :
« Alors, pétasse, tu peux pas un peu foutre la paix aux retraités ? »

Elle fait semblant de pas entendre et continue à griffonner.

Je la traite de sous-auxiliaire, de mille noms d’oiseaux… Elle me regarde d’un œil rond stupéfait et commence à rédiger un deuxième PV, pour pneus lisses.

Alors ma femme renchérit, encore plus inventive que moi-même. Elle glisse son second PV sous l’essuie-glace avec le premier, et elle en démarre un troisième. Nous avons tenu dix minutes ; plus on l’injuriait et plus elle écrivait de PV.

Nous, on s’en foutait, on était venus en bus !

A la retraite, on essaie de rigoler un peu tous les jours : c’est important, à notre âge !.

Posté par marketique à 16:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 novembre 2013

Store to Web - Web to Store

e commerce 1Sans discontinuer, les médias vantent les mérites du commerce en ligne. Et pour cause : les Français seraient à la traîne sur bien d'autres pays avec "seulement" 26% de part de marché. C'est déjà bien pour ne pas dire trop et pas vraiment rassurant. Mais ne nous trompons pas d'adversaire : selon la fédération française du e-commerce (Fevad), les Français ont tout de même dépensé 12.2 milliards d'euros sur internet au deuxième trimestre 2013. C'est 16% de plus qu'il y a un an, après une progression de 14% au premier trimestre. C'est toutefois en deçà des 19% de hausse enregistrés en 2012. Le panier moyen des achats remonte lui très légèrement à 87€, après deux ans de baisse continue. En considérant la part de marché actuelle du e-commerce en France de 26%, ont pourrait estimer que les Français restent tout de même prudents et intelligents face à leur PC en priviligiant les relations de compétences et d'accueil avec les commerçants traditionnels. Les vingt/trente cinq ans semblent les plus accrocs mais la progression émane plus de nos chers retraités. La vidéo mise en ligne que vous pourrez consulter, extrait d'une émission TV, démontre bien les avis partagés sur la vente par internet. Le seul échappatoire pour les commerçants "traditionnels" pour enrayer le phénomène du e-commerce et le "Store to Web" (du magasin à l'internet) et de le transformer en Web to Shop serait bien évidemment de partager l'utilisation croissante d'internet avec leurs clients par des solutions "Cross Canal"**.Des solutions existent soit individuelles ou collectives. Vous pouvez vous en rendre compte pour en exemple. en vous cliquant sur le lien http://www.leadformance.com/.  : C'est bien évidemment une piste de réflexion pour re-dynamiser le commerce de centre ville à contrario d'une "étude" à 30 000€ diligentée par la collectivité Castelle qui ne révèlera que le constat que chaque commerçant peut se faire par lui-même : l'impact négatif du centre ville de Château Thierry sur le consommateur est de plus en plus préoccupant abstraction faite du ralentissement général de la consommation

Tenez vous bien : la Picardie serait la région la plus performante en terme de consommation sur internet.

**le cross-canal est le phénomène constaté selon lesquels les utilisateurs utilisent plusieurs canaux de vente pour acheter (ou pas). Il est donc une évolutions du multi-canal consistant à proposer différents canaux de vente aux consommateurs

Les Français seraient-ils dissiper ?

Se serait une raison de leur contre-performance d'achats en ligne car l'oubli fréquent de mot de passe par les cyber consommateurs français aurait un impact direct et conséquent sur l'économie du commerce en ligne. (tant mieux)

Une enquête d'opinion, réalisée en octobre par l'institut de sondage IFOP pour le gestionnaire de mot de passe Dashlane, révèle un fait paradoxal : à l'heure où les mots de passe sont indispensables pour commander en ligne, beaucoup se perdent dans la nature. (tant mieux)

Alors que l'utilisation d'un mot de passe sur internet est un geste quotidien pour 84% des Français, presque un tiers des français aurait déjà abandonné un achat en cours sur un site d'achat en ligne. (tant mieux) Neuf français sur dix auraient déjà eu besoin d'aide pour retrouver ses codes d'accès, comme l'envoi d'un mail ou un questionnaire.

La moitié préférait renoncer à un achat (tant mieux) plutôt que de devoir prendre du temps pour remplir un formulaire en ligne par exemple, ce qui serait fortement préjudiciable pour l'économie en ligne. (tant pis pour eux)

De plus, et toujours d'après le sondage, la population qui est le plus soumise à ces abandons d'achat, est pourtant celle qui est la plus adepte du e-commerce (à savoir les catégories socioprofessionnelles supérieures, ce qui constitue un facteur aggravant. (mais non)

source les échos du titre - le point + commentaires bog associés

FC

(pensez à vous abonnez à la newsletter)

Posté par marketique à 03:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 novembre 2013

"Sacrifié mais pas résigné"

L'UPA http://www.upa.fr/index.php est à l'origine de cette vidéo et mène une action nationale pour alerter les pouvoirs publics de la constante dégradation économique des entreprises de proximité du commerce et de l'artisanat. Elle édite à cet effetsur son site un kit de mobilisation téléchargeable  http://www.sauvonslaproximite.com/download.php?file=affiche_exterieure.pdf


Certains commerçants de Château-Thierry disposent déjà du message de l'UPA sur leur vitrine (ex Terre de cheveux)

Il est vrai que la politique de pression fiscale tout azimut du gouvernement pour combler les déficits de la France va évidemment à l'encontre de l'économie réelle de notre pays reposant en grande partie sur la consommation représentant plus de 55% du PIB. La consommation s'érode de mois en mois et fragilise de plus en plus notre économie par des rentrées fiscales diminuées encourageant nos gouvernants à chercher de nouvelles pistes d'impositions. Il est certain que l'arrivée souvent injuste des avis d'imposition sur le revenu fin août comportant une hausse des prélèvements pour 2/3 des ménages est une explication rationnelle d'une consommation rétractée et prudentielle.

Ainsi, la lente et inexorable chute, entre autres secteurs, des activités des TPE et des indépendants se poursuit et ne fait aucun doute. Les artisans, les commerçants sont particulièrement touchés par une baisse d'activité certaine. Les commerces de centre-ville sont particulièrement impactés mais partagent leur peine à moindre échelle avec les boutiques en centre commercial de centre-ville, et celles dans et les centres commerciaux de périphérie selon la dernière étude de Procos.

Si ce phènomène de rétractation de la consommation se mesure maintenant sur le plan national, de toute évidence, Château-Thierry, n'a pas pris les mesures pour moderniser son paysage urbain et revitaliser son tissu commercial de centre-ville ce qui aurait par effet d'aubaine avoir d'amorti la baisse de fréquentation de plus en plus marquée.

CF

magasin fermé

 

 (abonnez-vous à la "newsletter" du blog)

Posté par marketique à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 septembre 2013

La contradiction ne tue pas !

mcdoLes vacances terminées, voici nos enfants de 5 à 12 ans invités par McDo le mercredi 11 septembre non pas pour se régaler à l'oeil mais pour participer à une journée récréative destinée à la découverte de certaines disciplines sportives olympiques.                                                         Ne nous trompons pas, c'est bien de la promotion des restaurants du géant du fast-food et d'elle seule dont il s'agit. La cible des enfants n'est pas choisie par hasard. La ville de Château-Thierry, comme bien d'autres d'ailleurs, n'a pas su résister aux appels des sirènes de l'ingénieux marketing de McDo, roi de la malbouffe**. Avec un investissement moyen de 2300€ par soutien local, les restaurants McDonald's arrivent sans peine à convaincre nos élus du bien-fondé de leur action en direction du sport et de mettre à disposition des emplacements de premier choix.Une entreprise locale qui fait plus de 4 millions d'€ de Chiffre d'affaires, ça se respecte ! Ce sont 1.2 millions de plateaux qui sont servis chaque jour en France. Au niveau mondiale c'est d'ailleurs l'entreprise qui possède la plus grande fortune immobilière du monde et dépense chaque année plus de 2 milliards de dollars/an...en publicité afin de faire croire que Ronald aime les enfants, la convivialité et que le hamburger est un chef d'oeuvre de gastronomie.

Localement, nous ne sommes pas à une contradiction près :

- même si tout n'est pas parfait, nos élus locaux référents au bien-être de nos bambins se creusent la tête, chaque année, en collaboration avec le personnel municipal afin de leur proposer des repas équilibrés servis dans les cantines scolaires. En insistant sur l'équilibre des repas, la qualité des produits (bio pour certains) tout en s'assurant de leur provenance le plus souvent par des filières courtes, nos élus travaillent à transmettre à nos gamins les valeurs du "bien manger" en mettant d'ailleurs en place certains dispositifs autour de goûters éducatifs. Tout un programme ! Assurer la promotion du géant de la mal bouffe vient donc en pleine contradiction avec les valeurs que nos élus souhaitent transmettre à nos enfants d'autant que la ville est adhérente du Programme National Nutrition Santé (PNNS).  Pour MacDonald, le sport n'est qu'un prétexte bien réfléchi. D'ailleurs, les produits  Mc Donald n'ont aucune valeur diététique pour un sportif qui se respecte : 'ils sont trop riches en gras, trop riche en sucre et sel, trop riche en produits chimiques, trop pauvre en fibres végétales, trop pauvres en vitamines...le tout, potentialisés par du soda ou coca (tous riches en aspartame ou dérivés). Par exemple, pour qu'une feuille de salade soit toujours appétissante et fraîche, on la traite avec une douzaine de produits chimiques différents pour qu'elle garde sa couleur et son croquant "comme au premier jour" De plus, il faut avoir à l'esprit que les quelques 20 000 fast-food McDonald's recensés sur la planète produisent à eux seuls 1 million de tonnes de déchets d'emballages par an qui n'auront guère servi plus de 5 minutes avant de finir dans les décharges. De nombreux produits chimiques polluants interviennent dans la fabrication de ces emballages. Ceux-ci sont souvent en carton, donc source de déforestation.Conscient, Mc Do cherche à "améliorer" l'éthique de son concept. Les concurrents de McDo sont à mettre à même enseigne.

d'autre part

- après le conseil municipal du 19 juin dernier, le journal local l'Union titrait :" les élus au chevet du commerce local". Tout est dit dans le titre du journal. Pourtant, dans les faits, rien n'empêche la municipalité de livrer le parking Jean Moulin à la promotion de McDonald au moment d'une rentrée particulièrement difficile. C'est tout simplement inacceptable tout comme d'ailleurs est récusable l'inaccessibilité du centre-ville constatée le samedi 31 août dès 18 heures pour laisser place au cortège de la commémoration organisée en mémoire de la libération de la ville lors de la dernière guerre mondiale. Pourquoi cadenasser la ville à 18 heures et non à partir de 19 heures ? Pour quelles raisons les commerçants ne disposent-ils pas de toutes ces informations ? Pour quelles raisons ne sont-ils jamais associés aux évènements de toute nature qu'ils soient ?

 FC                                                            

                                 l'obésité chez les jeunes : une situation préoccupante

mcdo1quick

N'hésitez pas à recommander ce billet

Posté par marketique à 18:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 septembre 2013

Reconversion ?

Florence n'est ni plus ni moins la symphatique Gérante de "News Boutique", rue Drugeont Lecart  à Château-Thierry. Mais qui pouvait deviner sa passion pour l'art culinaire et ainsi être la vedette de l'émission de Christophe Michalak et de la une du journal l'Union du 7 septembre ?  Seules, celles et ceux qui suivent ses recettes sur son blog. À parier maintenant qu'un achetant un jean's dans sa boutique, ses clients ressortent avec une de ses fameuses inventions culinaires. Voici reproduit l'article du journal l'Union qui lui rend les honneurs de sa passion.

Pubication de l'Union du 7 septembre :Gérante de  "News Boutique"CHATEAU-THIERRY (02). Florence Aromatario est une cuisinière comblée : auteure d'un blog qui attire de nombreux visiteurs, elle vient aussi de participer à quelques émissions culinaires

La blogueuse a faim de saveurs grâce à ses grands-mères.La blogueuse a faim de saveurs grâce à ses grands-mères

Comme elle, il y en a d'autres. Partout en France, en Europe, dans le monde. Les blogueuses ne se comptent plus sur les doigts de la main tant elles sont nombreuses à tisser leur toile sur Internet. Mais elle, elle est castelle, s'appelle Florence, « Flo » pour les intimes, et commence à se faire un nom sur le petit écran. Une star est née ? « Surtout pas ! » souffle Florence Aromatario. La cuisine n'est pas pour elle, une fin en soi, mais plutôt une « faim », un désir de « bien manger », une passion.

« J'aime cuisiner depuis que mes grands-mères, l'une italienne, l'autre ch'timi, m'ont appris à marier les ingrédients, les saveurs. » Quand elle est devenue maman de son premier petit garçon, Florence Aromatario a souhaité transmettre à son tour le goût des « produits sains » à son enfant.

« J'ai mon potager et je suis en même temps cliente d'une AMAP qui cultive ses fruits et légumes en agriculture raisonnée. Je suis très attirée par les produits de saison et par le home made. Et j'ai une grande cuisine ! »

Jusqu'à quatre recettes par jour

Quand elle n'est pas commerçante à Château-Thierry, Florence Aromatario s'occupe de ses deux petits bouts et fait donc la cuisine… « Le dimanche et le lundi, je peux préparer jusqu'à quatre recettes par jour. Des recettes que ma petite famille dégustera tout au long de la semaine. »

En réalité, ses inspirations culinaires, tout le monde peut les savourer… et les réaliser. Dans son blog Flo bidouille, elle publie ses mélanges et détaille chacune des étapes des recettes qu'elle invente, avec photo à l'appui. Et cela donne plutôt envie…

« Depuis novembre 2012, j'ai publié environ 160 recettes et j'ai eu la visite de nombreux internautes. Certains n'hésitent pas à laisser des messages, sous la recette publiée. Ce qui me fait le plus plaisir, c'est de pouvoir partager ma passion et d'avoir des retours très positifs. »

Vue à la télé

Florence Aromatario aurait pu se contenter de son blog, de sa page Facebook, et de ces « moteurs » qui lui ont permis de se faire un nom, sur la toile. Mais pourquoi s'arrêter en si bon chemin ?

Depuis peu, cette maman de 32 ans participe à diverses émissions. Il y a quelques jours, on a pu la voir dans la nouvelle émission de Christophe Michalak, « Dans la peau d'un chef », un magazine diffusé sur France 2, tous les jours à 17 h 25.

Dans quelques temps, sans doute au cours du mois de septembre, voire en octobre ou novembre, sur la chaîne M6, « 100 % Mag » consacrera l'une de ses émissions à l'omelette. Et dans le rôle du « batteur » d'œufs… Florence Aromatario…

La commerçante n'a en réalité pas d'autres projets que celui-là : continuer d'être une blogueuse culinaire et « bidouiller » en cuisine. « Je n'ai pas la prétention de me prendre pour un chef. Simplement d'aimer ce que je fais et de le partager… »

 

Pour revoir Florence Aromatario sur internet, dans l'émission de Christophe Michalak ou sur son blog, voisi les adresses : http://www.france2.fr/emission/dans-la-peau-dun-chef/diffusion-du-02-09-2013-17h25 et http://flobidouille.blogspot.fr/

Posté par marketique à 20:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 juin 2013

Une étude pour bonne conscience....!

etude_de_march__2Compte rendu du conseil municipal du 19 juin

2° Partie

Le sujet était pressant puisqu'il apparraissait en première lecture du conseil municipal :

         Plan pour la dynamisation du centre ville


Serait-ce médisant que d'affirmer que les urgences du début de mandat trouvent soudainement un écho à la veille des élections municipales ?  Et quel écho : la commande à un prestataire d'une étude sur la commercialité du centre ville. Date d'effet : 1er juillet 2013, faisabilité : dans 5 mois, coût : 30 000€.

Pourtant des études d'impact sur le centre ville de Château-Thierry réalisées par la CCI  de l'Aisne existent depuis 2004, renouvelées en 2008 et complétées par des sondages intermédiaires (voir le blog).  La CCI, dans son rôle,dispose évidemment de toutes les compétences pour aider à infléchir la dramatique dérive du centre ville de Château-Thierry et accompagner la municipalité et les commerçants dans une démarche de renouveau économique. Pour preuve, le brillant orateur de la CCI invité pour la circonstance à justifier la commande de l'étude de la municipalité a exposé à l'assemblée délibérante un catalogue de solutions. Soit, une étude de plus, plus actuelle sur une situation connue et des solutions de campagne en 2008 largement étalées. Cette demande d'étude (électorale) est l'aveu cuisant de l'incompétence de la municipalité dans ce domaine. C'est aussi le triste bilan d'une autocratie municipale n'ayant pu associer l'ensemble des commerçants dans le développement de leur outil de travail au service bien entendu de la municipalité elle même.

Les aménagements produits par la municipalité durant son mandat (rue Carnot, place Jean De La Fontaine, haut de la Grande Rue, marché couvert)) n'ont contrairement aux différents discours d'intention et d'inauguration en rien contribués à revitaliser le centre ville. Certes, l'aspect visuel n'est pas négligeable. A ceux-ci, n'oublions pas les aménagements très coûteux des accès réalisés vers les grandes surfaces.

Ce que nos élus ont oublié de l'essentiel de leur mandat est que le commerce est au coeur de la vie locale ( exclure les grandes surfaces). Le commerce tient un rôle essentiel dans notre économie. En dehors de sa fonction commerciale, il est également un lieu d’échange, de liens sociaux, et d’animation, que ce soit à la ville ou à la campagne.Ces différentes fonctionnalités sont rendues possibles grâce aux commerçants qui entreprennent tous les jours avec l’objectif de servir au mieux leurs clients tout en assurant une mission de proximité (termes de la CCI). Ce sont aussi des hommes et des femmes livrés au destin des décisions politiques contraires au rôle prêté au commerce de centre ville ( libéralisme économique (e-commerce, extension des grandes surfaces), délaissement de l'urbanisme de centre ville, encadrement des loyers commerciaux, charges en augmentation....

Souhaitons néanmoins bonne vie à cette étude pleine de bonnes intentions pour le prochain mandat afin que notre ville symbole reprenne le rang qu'elle mérite. A consulter le cahier des charges :   Plan_Dynamisation_Commerce_Centre_Ville_CT_2_

en images quelques échecs locaux

pv_de_stationnementPV : Stationnement gratuit en grandes surfaces

fete forraine 2

                                            on rafole des parkings occupés

circulation fluidifiéecommerce_orange

   Circulation fluidiée                          Fermé pour cause de dynamisation             

 grande rue6poubelles

     Vue touristique du centre ville     Plan façades en discours

Posté par marketique à 15:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,