anniversaire jacques

Jacques a consacré beaucoup de son temps et de son énergie ces dernières semaines non pas à trouver les moyens de redresser la situation du commerce de sa ville mais à voler au secours de Krabal en multipliant les réunions pour tenter d'expliquer à coeur ouvert à un auditoir choisi qu'il est la cible de personnes malintentionnées sans compter le fameux corbeau dont tout le monde parle. Conférence de presse, réunion avec les chefs des services de la mairie, réunion publique se suivent. Jacques, profondément affecté, triste,blessé,   exprimait à ceux qui veulent l'entendre les raisons qui l'ont conduit à se séparer d'un certain nombre de ses collaborateurs (chef de cabinet, attachée parlementaire, secrétaire de mairie...) assurant au détour, ses profondes convictions,ses valeurs morales, son sens de l'éthique et même de transparence. En se disant profondément affecté, Jacques n'a pas oublié sa famille, ses proches collaborateurs salis et attaqués dans le lynchage dont il est victime et selon lui savamment orchestré par des cerveaux retord et malsains.

En versant une larmichette, lors de la réunion publique du 10 avril, jour de son anniversaire (67 ans), Jacques à offert un spectacle émouvant dont même Krabal n'en revenait pas et dont le premier acte était destiné à balayer la presse en particulier, sur les insinuations malveillantes à propos de Miss Aisne.C'est ainsi que l'on a découvert le JACQUISME, forme de complainte destinée à émouvoir cachant une hargne sans merci. Mais KRABAL à vite repris la main sur Jacques en affirmant qu'il ne lâcherait rien, offrant un show d'une heure digne de ces politiques qui parlent pour ne rien dire évitant surtout de traiter ce dont le corbeau l'accuse.

Mais pourquoi s'acharne-t-on à ce point contre le député-maire ? Il doit bien y avoir une raison. Ses explications qui poussent à nous faire croire qu'il s'agit simplement de personnes voulant régler des comptes personnels ou des personnes jalousessont légères.

promo hot

En tout cas, dans tout ce tumulte malsain, il y en a, à qui la situation profiterait. Bertrand Varin, l'ex-auto entrepreneur chargé de la communication payé à prix d'or et dont les services ont été mis en cause par la chambre régionale des comptes avec à la clé un redressement mirifique de 54 000€, à la charge du contribuable, serait bientôt nommé directeur de cabinet de Krabal en remplacement de monsieur Michael Gomez, licencié. Belle promotion n'est-ce pas ?  No comment !

 

 

LES AFFAIRES CONTINUENT...!

 

Résultat de recherche d'images pour La presse locale s'est largement emparée dans leurs colonnes, de l'affaire, qui oppose le blog au député-maire Jacques Krabal.

Jacques Krabal a cru bon de déposer une plainte pour injures et diffamations suite à un billet paru dans le blog le 17 février 2014, sous le titre "Faux Cul ?".

D'après sa plainte enregistrée au commissariat de police de Château-Thierry, Jacques Krabal reproche au blog  l'utilisation des termes suivants considérés comme injures  :

" faux cul ou pas ?"

" vraiment faux cul dans la posture de l'imposteur"

" notre cher député autocrate"

Il réprouve également l'utilisation des phrases suivantes estimées comme diffamantes :

" le temps à consacrer à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigrame"

" il a fait un choix de carrière qui ne profite aucunement à la population castelthéodoricienne dont il s'est servi par des méthodes douteuses (référendum sur l'hôpital...) pour être élu".

Résultat de recherche d'images pour Bien entendu, ces mots doivent d'être replacés dans le contexte du billet qui n'avait autre but que de démontrer l'évident fossé entre déclarations à l'Assemblée nationale et celles faites localement et les mesures non prises par le député-maire Jacques Krabal pour enrailler le déclain du centre-ville de Château-Thierry. À ces propos, on doit se rappeler, les promesses de campagne du candidat Jacques Krabal aux municipales de 2008 qui étaient  de venir à la rescousse du commerce de centre-ville. Film, enquête, catalogues de promesses étaient les outils pour appuyer sa campagne. On connaît malheureusement le résultat.

A priori, il n'aurait pas apprécié que lui soit vertement rappelé son devoir face aux promesses faites à son électorat de s'employer à redynamiser le centre-ville. C'est probablement la raison pour laquelle, il a crue bon porter plainte. Que veut-il prouver au juste ? Voulait-il sauver son honneur ? Trop tard, son honneur vient d'être largement éclaboussé par les médias qui tour à tour diffusent des informations relayées pour certaines par les radios nationales laissant planer un doute sur la gestion de la ville. Voulait-il employer la méthode de l'intimidation pour mettre à terre un résistant ? Ce temps s'éclipse Jacques; il n'y a pas de fumée sans feu.  

 

BAFFOUILLE à l'attention de MON PAS CHER Jacques

Résultat de recherche d'images pour

À  aucun moment, je n'ai nié être l'auteur des mots pour lesquels tu me fais grief. Moi, j'assume. En fait, je te savais de roc, mais sans avoir décelé une telle susceptiblité tant les termes "faux cul"  sont employés dans le langage politique courant.

Et "autocrate" alors ? C'est maintenant que tu te réveilles ? Reprends bien les comptes rendus des conseils municipaux, c'est un terme que tu ne m'as jamais reproché dans nos échanges jusqu'alors.

Résultat de recherche d'images pour Ah, je crois savoir. En fin tacticien, tu as probablement voulu noyer le poisson comme tu sais si bien le faire (s'il te plaît prend le comme un compliment, ne porte pas plainte) et ce serait plutôt la phrase " le temps consacré à reclasser l'une ou l'autre de ses favorites bien notées dans l'organigramme" qui t'a probablement rongé le cerveau. Mais à quoi as tu pensé Jacques ? Là encore, je ne te reconnais pas, tant tu fais preuve d'une certaine anaphylaxie. Pourtant, tu me semblais blindé par ton expérience politique tellement les petites phrases assassines dans le milieux sont légendes. Là tu me surprends ou peut-être même que j'arrive à te comprendre...

Bon, pour l'autre phrase concernant l'hôpital, avoue franchement que poser la question de savoir si la population veut garder son hôpital, juste avant les élections législatives, il fallait oser. Mais bien sûr que oui, que les castelthéodoriciens voulaient garder leur unité de soins.Chapeau, tu as fait fort. En plus tous les bus tournaient avec les résultats de ton référendum. Et c'est pour cela que tu as aussi porté plainte.? S'il te vient un autre questionnaire comme celui-là, genre ohé ohé peuple castel voulez-vous être exonéré d'impôts, répondez par oui ou non. Je t'assure, j'adhère. Tu n'es pas seigneur. Ni remise en question ni LIBERTE D'EXPRESSION ne font partie de ton registre de comportements. Tout te semble acquis, du mal à autrui jusqu'au panache que tu souhaites en tirer. La roue tourne comme on dit.                                                                       

Mon avocat a plaidé en opposant des arguments que seuls les juges apprécieront, tandis que le Substitut du Procureur réclamait que je sois condamné à 5 000€ d'amende. Alors là, je ne sais pas où, je vais pouvoir dénicher cet argent. Mais bon, peut-être que je pourrais te l'emprunter. Je te laisse à présent avec tes problèmes de CORBEAUX, perchés dans les bureaux de la police judiciaire de Creil.

Les juges du tribunal correctionnel de Soissons se prononceront le 15 avril.

Je ne t'embrasse pas.

A suivre...

 

 Résultat de recherche d'images pour